Le portail du bien être, des médecines douces et de l'ésotérisme

Le portail du bien-être : astrologie, médecine douce, beauté, voyance, bio, ...

ACCUEIL | PLAN DU SITE | DOSSIERS, ARTICLES | BIEN-ETRE | CONTACT | ANNUAIRE



:: Articles sélectionnés pour vous

Dossiers bien-etre Devenez maitre de votre temps PLANTES MINCEUR SHIATSU Phytothérapie Sophrologie REFLEXOLOGIE Méditation Feng Shui a l'occidentale Rire pour guérir Numérobiologie Compulsions, dépendances Huiles essentielles Initiation au tarot Constellations familiales Annuaire


:: DIVERS

Horoscope du jour
Les articles d'Eliane Ramel

Recherche personnalisée

:: VOYANCE, AVENIR


Votre Voyance Gratuite sur Internet

Sara Freder offre la possibilité de consulter votre Voyance GRATUITE sur Internet.

:: PRATIQUE



CONTACT
PARTENAIRES
SITE A VENDRE



:: Beauté, bien-être

 

Astuces Beauté, forme et bien-être

Objectif Beauté, conseils, astuces beauté, forme et bien-être

 

:: PARTENAIRES


Logos PlaceduBienEtre
Voyage
CHATmania
Comment faire

Daltonisme
Boutique chats
Mon jardin

 

PARTENAIRES


Bien être santé >> Dossiers >> Don d'organes

Donneur ou pas... Pourquoi je dois LE DIRE à mes proches

 

Communiqué de l'Etablissement français des greffes

Don d'organes.

Pourquoi est-ce si important d'en parler?

En matière de don et de greffe d'organes, la loi française prévoit que la volonté du défunt prime sur toute les autres.

Mais faute d'en avoir parlé ensemble, des familles touchées par le deuil d'un être cher se trouvent chaque année dans la situation difficile de décider au nom de leur proche, décédé de façon brutale.

Des moments douloureux pour les parents, les amis. Et, pour les malades en attente de greffe, chaque année plus nombreux à espérer la décision dont dépend leur avenir, une attente difficile.

Que nous soyons pour ou contre le don de nos organes, notre choix doit être connu de nos proches pour les aider dans des circonstances difficiles. Cela peut aussi sauver des vies.

Carine Camby, directrice générale de l'Etablissement français des greffes.

Donner, pourquoi?

Un nombre de croissant de maladies en attente de greffe

La greffe d'organe, c'est le remplacement d'un organe défaillant par un organe sain, appelé greffon.

Chaque année, environ 10 000 personnes attendent une greffe d'organe pour continuer à vivre ou mieux vivre.

Ce nombre augmente chaque année du fait de l'allongement de la durée de vie mais aussi du fait d'un manque de greffons.

En 2003, seulement 3400 personnes on été greffées et plus de 250 malades sont décédés faut de greffons.

Le prélèvement d'organes n'est possible que dans des conditions rares

Seules les personnes décédées en état de mort encéphalique dans un service de réanimation peuvent être prélevées. Elles sont peu nombreuses : en 2003, 2261 ont été recensées en état de mort encéphalique. Et 1119 seulement ont effectivement été prélevées.

Faute de savoir si le défunt était opposé ou au contraire favorable au don de ses organes ou de ses tissus, près d'un tiers des familles n'accepte pas un prélèvement sur leur proche lorsque la question leur est posée, à l'hôpital, par le médecin ou l'infirmière. C'est pourquoi il est si important de faire part de sa position à ses proches.

Concrètement...

Qu'est-ce que la mort encéphalique?

Suite à un accident vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien, le cerveau peut être irrémédiablement détruit. C'est la mort encéphalique. Lorsque cela se produit à l'hôpital, il est possible de maintenir artificiellement l'activité cardiaque et la respiration pour préserver les organes et permettre le prélèvement, puis la greffe, mais ce maintien ne peut durer que quelques heures.

Quels organes greffe-t-on?

Chaque année en France, on pratique environ 2 000 greffes de rein, 800 greffes de foie, 300 greffes de coeur, 90 greffes de poumons, quelques greffes de pancréas et d'intestin. Sont également greffés des tissus, dont notamment des cornées (plus de 4 000 greffes en 2003).

Que dit la loi?

Les trois grands principes de la loi de la bioéthique de juillet 1994 sont le consentement, la gratuité du don et l'anonymat donneur/receveur.

- Principe du "consentement présumé" : toute personne est considérée consentante au don d'éléments de son corps après sa mort, en vue de greffe, si elle n'a pas manifesté son opposition de son vivant. La loi nous donne donc la liberté de décider personnellement. En cas de décès, le médecin demandera à la famille si le défunt était opposé ou non au don d'organes.

- Gratuité : le don d'organes est un acte de générosité et de solidarité entièrement gratuit. La loi interdit toute rémunération en contrepartie de ce don.

- Anonymat : le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement. La famille du donneur peut cependant être informée du résultat des greffes.

Comment exprimer son choix?

SI VOUS ETES POUR le don d'organes ou de tissus en vue de greffe :

- Dites-le à vos proches pour qu'ils puissent en témoigner.

- Portez sur vous une carte de donneur. Celle-ci n'est pas obligatoire mais elle est utile car elle témoigne de votre décision.

SI VOUS ETES CONTRE le don d'organes ou de tissus en vue de greffe :

- Dites-le à vos proches pour qu'ils puissent en témoigner.

- Demandez votre inscription au Registre National des Refus

Ce registre est obligatoirement interrogé avant d'envisager un prélèvement. Vous pouvez à tout moment revenir sur votre décision. L'inscription est individuelle et possible dès l'âge de 13 ans. Le formulaire doit obligatoirement être signé par l'intéressé lui-même.

Et si je n'ai pas fait connaître ma volonté?

Vos proches seront confrontés à une situation difficile et à une lourde responsabilité car les médecins leur demanderont qu'elle était votre volonté. C'est souvent parce qu'elles ignorent la volonté du défunt que, dans le doute, les familles s'opposent au don d'organes ou de tissus.

Et si le défunt est un enfant?

Quand une personne mineure décède, ses parents - ou les personnes titulaires de l'autorité parentale - doivent consentir par écrit au don en vue de greffe.

Existe-t-il une limite d'âge pour être donneur?

Il n'y a pas de limite d'âge : c'est la qualité des organes qui est prise en compte. Si un coeur est rarement prélevé après 60 ans, les reins, le foie ou les cornées peuvent l'être sur des personnes beaucoup plus âgées.

Après l'opération de prélèvement, comment le corps est-il rendu à la famille?

Le prélèvement est un acte chirurgical effectué au bloc opératoire avec toutes les précautions habituelles. Le corps du défunt est traité avec respect et attention avant d'être restitué à la famille pour qu'elle puisse procéder aux obsèques et les organiser selon ses souhaits ou ceux du défunt.

Peut-on faire des greffes d'organes à partir d'un donneur vivant?

Oui, dans les conditions prévues par la loi, une personne peut consentir en vue de greffe, au prélèvement sur lui-même d'un rein, plus rarement d'une partie du foie ou des poumons. Ce prélèvement n'est possible qu'au profit d'un membre de sa famille.

Etablissement français des Greffes
5, rue Lacuée - 75012 Paris

www.efg.sante.fr , www.dondorganes.fr , www.ledonlagreffeetmoi.com

Pour obtenir plus d'informations, vous pouvez aussi contacter les équipes de l'EFG en région :

Région Nord - Lille - 03 20 44 59 14

Région Est - Nancy - 03 83 68 38 10

Région Centre-Est - La réunion - Lyon 04 72 11 52 37/06/07

Région Ouest - Rennes - 02 99 28 41 23

Région Ile de France / Centre / Les Antilles - Le Kremlin-Bicêtre - 01 58 46 15 40

Région Sud - Marseille - 04 91 56 52 17/18

Région Sud- Bordeaux - 05 56 79 56 62


 

Contact - Annonceurs - Mentions légales - Conditions d'utilisation - Infos, presse etc - Bannières - ©Placedubienetre - tous droits réservés

nonceurs
| Mentions légales | Conditions d'utilisation | Infos, recrutement, presse, etc.